Voir Tous
Rubrique
Société

TÉBESSA Des femmes tunisiennes squattent le souk principal

Publié par Maâllem Hafid
le 04.11.2019 , 11h00
13799 lectures

Depuis près d'une année le souk principal de la ville de Tebessa est squatté par des milliers de femmes tunisiennes qui viennent des quatre coins du pays voisin. Il semble que ces dernières ont trouvé la formule géniale qui leur permet de s'approvisionner en plusieurs produits pour les ramener ensuite en Tunisie.
En effet, une fois sur le sol algérien du côté du poste frontalier de Bouchebka, les femmes tunisiennes changent de look pour ressembler, de par leur habillement, aux femmes tébessies. Elles passent inaperçues à l’intérieur du souk et raflent tout. 
Elles sont appelées d’ailleurs «les ramasse-tout». Cela va du vestimentaire (tissu) à l'alimentaire surtout la pomme de terre, en passant par les ustensiles en aluminium, les téléphones  portables, les produits cosmétiques, les fournitures scolaires, l'optique (lunettes) et même l’électroménager, etc.
Cet engouement de nos voisins tunisiens est même apprécié car, indépendamment de son impact négatif au plan  macro-économique du pays, il donne un peu de vitalité à un commerce timide ces dernières années dans la région. 
«Ces clients, c'est comme une bouffée d'oxygène pour nos affaires», déclare un commerçant du coin, car les Tébessis, comme tous les Algériens, terminent difficilement ce qui reste de l'année en cours, après une rentrée sociale très agitée.
Maalem Hafid

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 06:00 | 31-05-2020

L’Algérie, une menace stratégique pour le rêve d’expansion impériale du Makhzen

«Les relations avec le Maroc sont anormales (…), même si les relations entre les deux peuples sont exemplaires.» On doit cette définition en forme d’aphorisme à

2

Actualités 06:00 | 01-06-2020

LA MESURE CONCERNE LES AFFAIRES DE CORRUPTION DÉFINITIVEMENT JUGÉES
Les biens saisis seront vendus aux enchères

L’Algérie s’apprête à enclencher officiellement le processus de récupération de l’argent détourné par d’anciens hauts responsables impliqués dans des affaires de corruption. Dans cette première étape, le recouvrement doit atteindre les 13 milliards de DA. Cette somme équivaut au montant évalué des deniers dilapidés uniquement par

3

Périscoop 06:00 | 01-06-2020

Accords à revoir

4
5

Ici mieux que là-bas 06:00 | 31-05-2020

Sexe, métal, pastis et Hirak