Rubrique
Société

TIPASA Une saison estivale particulière

Publié par Houari Larbi
le 14.08.2019 , 11h00
551 lectures
Malgré les mesures rendues publiques récemment destinées à assurer un déroulement sécurisé lors de la saison estivale 2019, force est de constater que le citoyen subit les contrecoups d’une véritable anarchie observée dans la gestion des plages et des accès aux structures estivales et hôtelières.
Plusieurs sources ont évoqué les mesures prises par la wilaya en vue d’assurer la gratuité de l’accès aux plages.
On nous indique, à ce titre, qu’« il a été décidé d’engager un véritable bras de fer contre ce phénomène, à travers l’application rigoureuse de la loi contre toute personne voulant porter atteinte aux estivants ou troubler leur quiétude».
Cela s’est accompagné également par le renouvellement, pour la seconde année consécutive, du permis d’exploitation de trois grandes plages de la wilaya, au profit d’un organisme national étatique, sachant que cette opération a eu un véritable engouement durant la saison écoulée. Ainsi, les plages concernées, pour cet été, sont la plage Colonel Haouas, la plage Abbas, à Douaouda (extrême est de Tipasa) et la plage du Chenoua, d’une longueur de plus de 3 km chacune.
Par ailleurs, d’autres mesures sont prises pour assurer une bonne saison estivale, au profit des résidents par la désignation de plusieurs administrateurs, répartis sur les plages de la wilaya, en vue du contrôle et suivi de la disponibilité de tous les moyens nécessaires au bien-être des estivants au niveau des communes côtières, tout en veillant à la gratuité de l’accès aux plages, en coordination avec les services de la Gendarmerie nationale et de la Sûreté de wilaya, dans le cadre de la lutte contre l’occupation illégale des plages par certains groupuscules qui extorquent des sommes faramineuses aux estivants. Cependant, l’ensemble de ces mesures n’explique pas les tarifs faramineux exigés aux baigneurs.
Il semblerait, en effet, selon plusieurs estivants, que malgré la volonté des autorités de la wilaya d’assurer un agréable séjour aux deux millions d’estivants qui investissent les plages de la wilaya de Tipasa lors de cette année, les résultats sont loin de répondre aux préoccupations citoyennes.
En effet ,selon des familles aux bourses moyennes, une journée sur l’une des plages du chef-lieu de wilaya est devenue quasi inaccessible, sachant qu’elle leur coûterait près de 10 000 DA pour régler le prix d’accès à la plage et l’achat, sur place, d’un déjeuner moyen , sachant qu’il a été institué une interdiction aux vacanciers d’apporter de la nourriture.
Particulièrement au niveau du complexe touristique la Corne d’Or, où l’estivant doit payer l’accès à la plage entre 2 500 et 3 500 DA par personne avec l’objectif de générer des ressources et des bénéfices, commerce oblige !
Cela étant , et en marge de ces mesures ,cela va générer une fuite de la clientèle , qui va se rabattre sur les plages d’El-Beldj au Chenoua, des plages de Bordj-el-Ghoula , celle de Tizirine à Cherchell, Messelmoune et enfin celle de Gouraya. Plusieurs estivants estiment que le prix n’en vaut pas la chandelle. Pour plusieurs vacanciers, les complexes de Matares et de la Corne d’Or de Tipasa doivent réviser à la baisse les tarifs appliqués en matière de restauration et d’animation.
Plus loin des grands espaces balnéaires ,nous apprenons qu’une méthode nouvelle pour économiser des espaces au profit de l’organisation des sites au niveau de la plage du Chenoua, qui consiste à regrouper les estivants sur un petit espace, afin de faire bénéficier des familles de fonctionnaires de certains organismes en vue de les réserver aux fonctions spécifiques notamment dans les nouveaux sites appelés Centres de repos familial .
Le reste des citoyens ont le choix de se prélasser sur le sable brûlant et caillouteux ou aller se baigner dans les oueds à l’ancienne où , bien entendu, se trouvent des exutoires où se déversent les eaux usées.
Ainsi , ces espaces réservés restent inaccessibles car les gourdins des préposés à la sécurité des espaces réservés aux familles des fonctionnaires veillent au grain.
Houari Larbi

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 18-09-2019

2 EX-PREMIERS MINISTRE, 14 ANCIENS MINISTRES, DES WALIS, 3 P-DG DE BANQUE ET 12 HOMMES D’AFFAIRES Y SÉJOURNENT
La prison d’El-Harrach s’adapte à ses nouveaux pensionnaires

L’afflux important de nouveaux détenus au pénitencier d’El-Harrach a contraint les autorités compétentes à procéder à des réaménagements et à la prise de décisions qu’impose désormais la nouvelle situation. Une situation incroyable, difficile à imaginer quelques mois auparavant et qui fait par conséquent peser une très grosse

2

Périscoop 11:00 | 17-09-2019

Le train rapide Annaba – Tébessa ne sifflera pas

Il y a quelque temps, le ministre des Transports a inauguré la ligne ferroviaire Annaba – Tébessa, avec une locomotive neuve pouvant atteindre la vitesse de 160 km/h. Il se trouve que le train