Voir Tous
Rubrique
Soit dit en passant

Il assimilait le viol à un acte sexuel !

Publié par Malika Boussouf
le 14.06.2021 , 11h00
4625 lectures

De manière générale et où que l’on se trouve, à chaque attentat, à chaque prise d’otages, une cellule psychologique est mise en place, parce que l’on estime que les victimes ne s’en sortiront pas d’un claquement de doigts. Lorsque l’association Djazaïrouna des familles victimes du terrorisme islamiste a organisé ses journées dédiées à son projet «Femmes et résistance», elle a invité à venir témoigner du travail accompli auprès de femmes qui ont survécu à la tragédie des années 90. Psychologues, membres d’associations dévouées à la cause des femmes victimes de violences au pluriel dont celles commises à leur égard par des violeurs et égorgeurs en puissance, élevés au rang d’émirs par la volonté d’un Allah étranger à l’Islam et aux musulmans. Des dizaines de milliers de jeunes ont manifesté quasi quotidiennement, pour imposer qu’on les entende. Ils ignorent presque tout de la décennie rouge, à l’exception de ceux dont la famille a été touchée de près par le drame, quand d’autres ont pensé qu’il serait plus rentable d’en effacer les traces à jamais. 
 Djazaïrouna travaille, depuis quelques années déjà, à la collecte de documents, de témoignages de victimes et de professionnels étant intervenus durant la décennie rouge auprès de survivants traumatisés à vie par le drame qui a compromis leur avenir. Couvertures de presse, reportages, témoignages écrits, audiovisuels, thèses et travaux de recherche, longs et courts métrages… L’objectif du travail amorcé, que l’association qualifie de modeste, est  impressionnant. Créer un fonds documentaire ouvert au monde et à toute personne qui le consulterait pour un travail défini ou pour en savoir plus sur ce que l’on ne dit pas des horreurs vécues par un pays contraint à la quarantaine par une complicité autant externe qu’interne. 
Comment réparer une victime dont les blessures peinent à cicatriser et pourquoi le traumatisme est-il souvent impossible à transcender ? Sellal, alors ministre de l’Intérieur, aujourd’hui en prison, assimilait le viol à un acte sexuel. Si l’on indemnisait les femmes ayant subi les assauts de leurs bourreaux, on en ferait, selon lui, des prostituées !
M. B. 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 24-07-2021

VALSE-HÉSITATION ET TÂTONNEMENTS EN SÉRIE
Qui dirige le Maroc ?

Depuis quelque temps, le Maroc déroute les observateurs par sa politique tâtonnante et parfois franchement aventureuse. Pour une monarchie qui a toujours fonctionné dans l'ordre et la discipline hérités d'une

2

Actualités 11:00 | 22-07-2021

LE MAKHZEN UTILISE PEGASUS CONTRE SES ALLIÉS ET SES ENNEMIS
Maroc, la grande kechfa !

Le Maroc est accusé avec d’autres États d’avoir utilisé Pegasus, un logiciel développé par une entreprise israélienne, pour espionner les smartphones de nombreuses personnalités à travers le monde. Les services de renseignement