Rubrique
Sports

Championnat arabe des clubs Boulahya évoque la troisième place du GSP

Publié par R.S
le 14.11.2019 , 11h00
104 lectures

L'entraîneur du GS Pétroliers, Sofiane Boulahya, a estimé que la troisième place dérochée par son équipe au Championnat arabe de basket-ball féminin, disputé à Meknès (Maroc), était le fruit de l'«abnégation et l'effort collectif» des joueuses tout au long du tournoi. 
«Le mérite revient aux joueuses qui n'ont rien lâché durant toute la compétition. C'est une grande satisfaction de figurer sur le podium du Championnat arabe des clubs, d'autant plus que nous avons évolué face à des équipes beaucoup mieux préparées pour le tournoi et dont les effectifs ont été renforcés par des joueuses évoluant en WNBA (Ligue américaine professionnelle de basket féminin, ndlr)», a déclaré Boulahya à l'APS. Les basketteuses du GS Pétroliers ont pris la 3e place de la 21e édition du Championnat arabe des clubs (3-11 novembre) en s'imposant devant les Jordaniennes du Chabab Faheys (65-59), alors que le trophée est revenu à la formation libanaise du Club de Beyrouth qui a battu son homologue tunisienne de l'ES Cap-Bon sur le score de 66 à 54. Revenant sur le parcours de son équipe, Boulahya a estimé que ses joueuses ont su rebondir après la défaite en ouverture du tournoi face à l'ES Cap-Bon : «C'était notre premier match officiel après plusieurs mois de repos. Malgré le manque de compétition, nous avons tenu trois quarts-temps face aux Tunisiennes qui avaient déjà plusieurs rencontres dans les jambes». «Par la suite, nous avons réussi à remobiliser nos joueuses pour enchaîner les victoires et assurer la 2e place du groupe, en nous imposant notamment face au Chabab Faheys qui compte une joueuse WNBA payée 25 000 dollars juste pour participer au tournoi», a-t-il fait savoir. En quarts de finale, les Pétrolières ont réussi à se défaire du club organisateur, le COD Meknès (72-60), assurant une place dans le dernier carré face au futur vainqueur du tournoi, le Club de Beyrouth. «En demi-finales, nous avons tenté toutes les défenses sur la joueuse américaine de l'adversaire, mais elle a réussi tout de même à mettre 40 points, offrant la qualification à son équipe. C'était difficile de redonner confiance aux joueuses après cette défaite, mais elles ont montré beaucoup de caractère, fournissant un effort collectif pour aller décrocher une place sur le podium», s'est-il félicité. En match de classement, le coach des Pétrolières a indiqué que le staff technique avait misé sur la fraîcheur physique des joueuses du banc, dont Radia Fantasi, Lylia Reffas et Ikbal Chénaf, pour renverser les Jordaniennes et prendre la 3e place du podium. «Après un début de match raté, nous avons décidé de lancer les joueuses du banc pour redonner de la fraîcheur à notre Cinq. Un pari gagnant qui nous a offert la victoire au coup de sifflet final», a-t-il estimé. Le coach du GSP a également tenu à rendre hommage à la capitaine Rachida Belaïdi, sacrée meilleure shooteuse à 3 points du tournoi, qui disputait son dernier match de sa carrière. «Cette place sur le podium est également un cadeau pour Rachida Belaïdi après une longue carrière avec le GSP. Elle sera toujours avec le groupe puisqu'elle devient le coach de l'équipe», a conclu Boulahya. Par ailleurs, Sofia Saïdani, joueuse de Hussein-Dey Marines, deuxième représentant algérien dans la compétition, a été désignée meilleure marqueuse du tournoi. 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 12-12-2019

Après leur condamnation par la justice
Ces biens qui doivent être confisqués à Sellal et Ouyahia

Le procès consacré à l’automobile a permis de lever le voile sur un aspect qui a longtemps alimenté fantasmes et rumeurs populaires : les biens personnels de certains ministres qui ont gouverné des années durant. Au cours

2

Corruption 11:00 | 09-12-2019

DES MOTS POUR LE DIRE
Ouyahia, en 2007, au sujet de la corruption et de la mauvaise gestion

«J’ai un ami, qui est toujours ministre et en poste très important au gouvernement ; lorsque nous parlions de la corruption qui existe au plus haut niveau de l’Etat, il me disait qu’il ne faudrait pas non plus oublier de parler et