Rubrique
Sports

Mercato hivernal Les précisions de la FAF

Publié par R.S
le 03.12.2019 , 11h00
102 lectures

Les joueurs qui feront l'objet d'un transfert pendant le prochain mercato hivernal, prévu du 20 décembre 2019 au 19 janvier 2020 «ne pourront, en aucun cas» prendre part aux rencontres relevant de la phase aller, ni avec leurs anciens clubs, ni avec les nouveaux» a indiqué la Fédération algérienne de football (FAF) dans un communiqué, adressé hier aux différentes ligues. Le message indique toutefois que les joueurs qui feront l'objet d'un transfert pendant ce mercato seront «autorisés à disputer les matchs de Coupe d'Algérie», et ce, «dès leur qualification» au sein de leurs nouveaux clubs. De son côté, la Ligue de football professionnel (LFP) s'est voulue rassurante envers les clubs disposant déjà d'un effectif de 27 joueurs, en leur annonçant qu'eux aussi «pourront recruter» cet hiver. En effet, selon cette instance, «les clubs professionnels possédant un effectif de 27 joueurs auront le droit de recruter jusqu'à trois joueurs, après en avoir libéré trois» a-t-elle cependant conditionné, «conformément à la réglementation en vigueur». Pour leur part, les clubs professionnels disposant déjà d'un effectif de 26 joueurs pourront recruter jusqu'à trois joueurs, en libérant au moins de deux joueurs, alors que ceux dont l'effectif en compte 25 pourront en recruter jusqu'à trois, en libérant au moins un joueur. Enfin, concernant les clubs professionnels qui possèdent actuellement un effectif de 24 joueurs ou moins, la LFP a annoncé qu'ils pourront recruter jusqu’à trois joueurs sans en libérer aucun.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 07-12-2019

Bensalah prépare son retour

L’audience accordée jeudi dernier par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, à son remplaçant au Sénat, Salah Goudjil, a été l’occasion, affirme-t-on de bonne source, de faire le point de situation au niveau de

2

Actualités 11:00 | 08-12-2019

Emin auto :
«Bouchouareb demandait de l’argent pour régler notre situation»

Les représentants de la société Emin auto font, eux aussi, partie des témoins de la partie civile ayant accablé Bouchouareb et les deux anciens Premiers ministres incarcérés. «Nous avons déposé notre dossier en 2015, témoignent ses