Voir Tous
Rubrique
Actualités

Le ministre du Travail recadré par son département Cafouillage autour de la pension de retraite

Publié par Karim Aimeur
le 12.05.2021 , 11h00
2394 lectures

En visite à Jijel, le ministre du Travail, Hachemi Djaâboub, a annoncé une révision à la hausse des pensions de retraite. La joie des retraités a été toutefois d’une très courte durée puisque le ministère du Travail rectifie le tir le soir même en faisant savoir qu’aucune décision n’est encore prise.
Karim Aimeur - Alger (Le Soir) - Cafouillage au ministère du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale.
Au soir d’avant-hier, ce département a démenti son premier responsable en affirmant, dans un communiqué, que la proposition de révision annuelle des pensions et allocations de retraite pour l'année 2021 n'a pas encore été tranchée et est toujours au stade de projet. « La proposition de révision annuelle des pensions et allocations de retraite pour l'année 2021 n'a pas encore été tranchée et est toujours au stade de projet.
Elle sera examinée dans les semaines à venir, en tenant compte de la situation financière de la Caisse nationale des retraites (CNR) », a précisé le ministère dans un communiqué. Ce communiqué a refroidi les milliers de retraités qui attendent la hausse de leurs pensions, surtout pour ceux qui touchent des pensions dérisoires, après avoir été informés de l’augmentation de leur pension par le ministre lui-même.
En effet, ce dernier, en visite dans la wilaya de Jijel, dans la matinée du  lundi, a annoncé une révision à la hausse des pensions de retraite qui entrera en vigueur dans les prochaines semaines.
« Il y aura une révision des pensions de retraites cette année à quatre niveaux, soit 2%, 3%, 4% et 7% », a précisé Hachemi  Djaâboub,  lors d’un point de presse au terme de sa visite, ajoutant que la hausse concerne quelque trois millions de retraités que compte la Caisse nationale des retraites (CNR). Catégorique, le ministre avait annoncé la promulgation d’un texte législatif réglementant cette hausse la semaine prochaine. Mais le recul sur les déclarations du ministre par son propre département dénote de l’existence d’un cafouillage autour de cette question ou du moins de la difficulté d’une telle décision dans une conjoncture financière difficile que traverse la CNR.
C’est d’ailleurs sur la base de la situation financière de la Caisse que la question sera examinée dans les semaines à venir, selon le communiqué du ministère du Travail.La CNR traverse, en effet, une situation financière difficile depuis plusieurs années.
Selon Hachemi Djaâboub, qui répondait récemment à une question d’un parlementaire, « le déficit de la CNR devra s’élever, courant 2021, à près de 690 Mds de dinars». Il a souligné que les dépenses nationales de cette caisse se sont élevées à 1 293 Mds de dinars en 2019, contre des recettes estimées à 709 Mds de dinars, soit un déficit financier de 584 Mds de dinars. Les recettes de cette Caisse en 2020 se sont élevées à 762 Mds de dinars, contre des dépenses estimées à 1 402 Mds de dinars.
Ces déficits sont comblés à chaque fois par le soutien de l’État. « La CNR n’a pas été en mesure de corriger le déficit structurel dont elle pâtit, dû essentiellement à la hausse du nombre de bénéficiaires de la retraite, notamment les dernières années, contre une stabilité ou une contraction du nombre des cotisants», avait-il expliqué.
K. A.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

BILLET (PAS) DOUX 11:00 | 09-06-2021

L'arabe sur les maillots : du Benbellisme sans Ben Bella !

Beaucoup de lecteurs me demandent ce que je pense des maillots en arabe portés par les

2

Actualités 11:00 | 08-06-2021

L’ETRHB PASSE SOUS PAVILLON PUBLIC
La leçon assimilée de l’affaire Khalifa

Ils ne pouvaient sans doute pas espérer mieux, les milliers de travailleurs du Groupe Haddad. Désormais, ils savent à quoi s’en tenir, eux qui voguaient dans le noir depuis l’arrestation, puis le passage devant les juges du P-dg Ali Haddad, craignant de subir