Rubrique
Actualités

En assumant largement la TVA Renault Algérie rassure ses clients

Publié par Belkacem Bellil
le 17.11.2019 , 11h00
1682 lectures

En bouclant sa cinquième année d’activité, l’usine Renault de Oued Tlélat, près d’Oran, est le premier projet inscrit dans la démarche gouvernementale de création d’une filière mécanique, à amorcer le désarrimage définitif du dispositif d’aide et d’exonérations de taxes prévu par le législateur durant cette période, pour encourager les investissements. Une échéance qui marque le passage du constructeur vers le peloton des contribuables avec l’intégration notamment de la TVA dont le client aura essentiellement la charge. Renault s’achemine ainsi, et dès ce 17 novembre, vers une révision à la hausse de ses prix en tenant compte, désormais, de cette nouvelle donne. Une augmentation franche d’au moins 19% qui viendra alourdir la facture d’achat d’une voiture badgée Renault ou Dacia.
Mais le Groupe français en a décidé autrement. Ne voulant pas ajouter un fardeau supplémentaire sur le dos déjà courbé par le poids des contraintes financières subies par le citoyen, le constructeur vient, en effet, de prendre l’initiative de prendre en charge, à hauteur de 75% du montant de cette taxe qui peut atteindre les 300 000 DA sur certains modèles ou finitions.
Un geste que ne manqueront pas d’apprécier les clients de la marque et qui peut être considéré comme un précédent positif à méditer par les autres assembleurs automobiles, dont la plupart n’ont pas daigné, jusque-là, faire bénéficier le citoyen de cette exonération pourtant consentie par l’Etat.
Dans un entretien exclusif à notre quotidien, le directeur général de Renault Algérie, André Abboud, revient plus en détails sur cette mesure, ainsi que sur l’évolution de l’usine vers de nouvelles perspectives.
B. B.
 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 07-12-2019

Bensalah prépare son retour

L’audience accordée jeudi dernier par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, à son remplaçant au Sénat, Salah Goudjil, a été l’occasion, affirme-t-on de bonne source, de faire le point de situation au niveau de

2

Actualités 11:00 | 08-12-2019

Emin auto :
«Bouchouareb demandait de l’argent pour régler notre situation»

Les représentants de la société Emin auto font, eux aussi, partie des témoins de la partie civile ayant accablé Bouchouareb et les deux anciens Premiers ministres incarcérés. «Nous avons déposé notre dossier en 2015, témoignent ses