Voir Tous
Rubrique
Actualités

Une réflexion sera menée Vers l’entrée de la décennie noire dans les manuels scolaires

Publié par Nawal Imès
le 17.05.2018 , 11h00
743 lectures

Encore taboue, la décennie noire pourrait faire son entrée dans les manuels scolaires. La ministre de l’Education affirme que cela exige une «profonde réflexion» et une approche pédagogique en raison du peu de recul par rapport à une période dont beaucoup d’Algériens n’ont toujours pas fait le deuil.
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - Une plus grande place sera accordée aux composantes du patrimoine algérien qu’il soit historique ou culturel. Les manuels scolaires seront de plus en plus algérianisés avec la nécessité d’enseigner l’histoire aux jeunes enfants.
La décennie noire actuellement occultée pourrait faire son entrée dans les manuels. Cela nécessitera du temps, cependant. La ministre de l’Education estime, en effet, qu’il faut une approche pédagogique pour pouvoir parler de cette période encore récente et douloureuse à des enfants surtout que pour beaucoup d’Algériens, le deuil n’a toujours pas été fait.
S’exprimant hier au cours d’un colloque sur la culture de paix et du vivre-ensemble chez l’humaniste musulman l’émir Abdelkader, Nouria Benghabrit a estimé qu’il fallait accorder dans le cycle fondamental obligatoire une proportion «significative» aux composantes du patrimoine culturel algérien à concurrence de 80% dans les sciences sociales et humaines. Le reste sera inspiré du patrimoine universel. C’est dans cette optique qu’un enrichissement doctrinal, une alimentation référentielle forte partant de l’histoire politique, sociale et culturelle de l’Algérie s’est imposé avec l’insertion des lettres de Hassiba Ben Bouali, Zabana et le colonel Lotfi en 2016 dans le cours inaugural sans oublier le renforcement du patrimoine culturel local.
Le ministère de l’Education a investi sur les anthologies littéraires scolaires centrées sur les œuvres algériennes avec l’introduction du concept d’algérianité dans le contenu des programmes qui s’est traduite actuellement et progressivement dans le socle commun des références historiques et péri-historiques, géographiques et littéraires nationales.
La ministre de l’Education affirme que de nouvelles perspectives ont émergé pour l’école algérienne à la sortie de la crise politique et sécuritaire après quinze années de violence sanglante et désastreuse avec pour objectif, une approche intégrale de l’action éducative avec des référents identitaires mais également au niveau des attitudes citoyennes. L’émir Abdelkader, dit-elle, sera convoqué dans le cursus scolaire à la lumière de la diversité de ses facettes : l’algérianité, abreuvé de soufisme maghrébin, ouvert sur les autres cultures et civilisations, projeté dans l’universel.
La ministre de l’Education rappelle que l’émir Abdelkader n’était pas qu’un philosophe, ou un homme d’Etat mais l’un des précurseurs des droits humains qui a introduit ce concept en avance sur son temps en défendant les minorités chrétiennes en Syrie. Des instructions ont été données afin que ces valeurs soient introduites à l’école dans les activités scolaires et périscolaires afin de consolider le socle commun de paix et les valoriser afin que les écoliers s’en imprègnent.

Mobilisation générale pour les examens nationaux
Tous les moyens humains et matériels sont mobilisés pour sécuriser les examens nationaux, affirme la ministre de l’Education.
Nouria Benghabrit ajoute que depuis le début de l’année scolaire, plusieurs départements ministériels étaient à pied d’œuvre afin d’assurer un déroulement normal des épreuves, notamment celui de l’intérieur. La ministre de l’Education dit compter sur la mobilisation de tous, notamment des parents afin d’arriver à une normalisation des examens.
N. I.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 01-12-2021

Tripoli au secours de Rabat
Grosses manœuvres contre l'Algérie

Des informations sensibles se bousculent depuis dimanche soir au sujet du retrait de la candidature de la Libye du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine (UA). Une manœuvre dangereuse liée de près aux desseins hostiles contre l’Algérie. Tout part d’une information diffusée dimanche soir par des médias proches du palais royal marocain qui livrent

2

Actualités 11:00 | 02-12-2021

C’ÉTAIT EN 1963, À JÉRUSALEM
Quand les juifs d’Algérie étaient jugés par Israël

Une histoire peu connue du public a lourdement entaché l’histoire de la communauté juive d’Algérie confrontée à un procès peu ordinaire pour ne pas avoir rejoint en masse Israël après l’indépendance de l’Algérie. C’était en 1963, à Jérusalem…