Rubrique
Constances

Le train qui arrive à l’heure

Publié par Slimane Laouari
le 21.08.2019 , 11h00
1744 lectures
Selon une information parue dans « Périscoop » du Soir d’Algérie d’hier, la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) va acquérir 6000 micro-ordinateurs, 6000 onduleurs et 6000 imprimantes laser pour les besoins de ses services. Le rédacteur de la « brève » a eu la main heureuse en précisant qu’un marché d’une telle importance va susciter toutes les convoitises et les fournisseurs potentiels vont se bousculer au portillon. Mais le rédacteur a été surtout bien inspiré de rappeler que l’assassinat de l’ancien patron de la police, le colonel Ali Tounsi, était lié, entièrement ou partiellement, à une histoire de marché informatique. C’est même sans doute ce qui en fait une… information, parce que la police qui achète des ordinateurs, ça ne devrait pas intéresser grand monde. Un peu comme un train qui arrive à l’heure ou un chien qui mord son maître. Pendant de longues années, et ce n’est certainement pas terminé, chaque appel d’offres devient un « événement », non pas en raison de son importance et son utilité à la communauté nationale mais parce que tout le monde a une raison de guetter le nom de… l’heureux élu qui va « rafler la cagnotte ». Comme on dit au… casino ! L’analogie s’arrête à l’emprunt du langage. Parce qu’au casino, il y a toujours une part de chance, ou d’habileté quand le jeu ne dépend pas entièrement du hasard. Si les transactions commerciales, les acquisitions de biens ou de service et les réalisations de projets infrastructurels se faisaient dans la transparence et obéissaient aux seules considérations de coût, de performance et de délais d’exécution, personne n’entendrait parler d’un entrepreneur à qui on a confié la construction de 500 logements, d’un fournisseur qui a vendu 10 000 cartables d’écoliers ou d’un… hôtelier choisi pour loger les participants à un séminaire ! Evidemment, on n’a pas besoin de préciser que ces transactions qui font l’actualité concernent systématiquement les entreprises ou les institutions publiques, c’est là qu’ « il y a à bouffer ». Le délit d’initié, le gré à gré et les appels d’offres avec soumissions cachetées bidons ayant rythmé l’ensemble des opérations de l’activité économique et commerciale du secteur étatique, il y a un « scoop », autrement dit un… scandale en perspective, à chaque fois que ça bouge. Et que ça finisse par se savoir ou non, l’opinion publique… sait déjà. Ou croit savoir, non sans en avoir des raisons. Ce n’est d’ailleurs pas parce qu’on ne sait pas ce qui s’est réellement passé dans l’affaire de l’assassinat du colonel Tounsi qu’on n’en a pas une idée. Pour comprendre quelque chose, il faut savoir où est l’intérêt, n’est-ce pas ? Et l’intérêt, on le connaît, « globalement ou dans le détail ».
S. L.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 14-09-2019

À la veille de la convocation du corps électoral
Gaïd Salah durcit le ton

L’armée fait de la tenue et de la réussite de l’élection présidentielle, avant la fin de l’année, une urgence, une priorité nationale absolue pour

2

Soit dit en passant 11:00 | 14-09-2019

Chut ! l’APN est en mission

N’ayons pas de gêne à le dire ! Nos députés sont cette autre preuve que rien ne va très fort en