Rubrique
Culture

Djazia Satour dévoile le single Neghmat Erriah La liberté des airs, l’insouciance des vents

Publié par Kader Bakou
le 10.09.2018 , 11h00
76 lectures

L’album Aswat (voix)  viendra après  Alwâne (couleurs) , une variation libre entre influences musicales algériennes, arabes et trip-hop, ballades pop et ragga.
Djazia Satour vient de dévoiler,  en avant-première, une version acoustique de sa nouvelle chanson Neghmat Erriah dont le titre veut dire «La mélodie des vents». Cette superbe chanson donne un aperçu (édifiant)  de son album  Aswat  (voix) dont la sortie ne devrait pas tarder.  Ses rythmes gnawi  nous laissent imaginer les vastes étendues du Sahara, les dunes de sables balayées par les vents libres  car ne rencontrant aucun obstacle naturel sur leur chemin et se jouant des frontières érigées par les hommes.
«J'ai voulu que cette chanson, Neghmat Erriah (La mélodie des vents) ouvre l'album pour symboliser les voix que les vents nous apportent de toutes parts, au mépris des frontières. Ces voix entremêlées deviennent distinctes dans les autres chansons pour exprimer, chacune, des espoirs, des attentes, des souffrances. C’est pour cela que l’album s’intitule Aswât (Des voix)», explique l’artiste.
Comme un retour aux sources, la jeune chanteuse algérienne reviendra donc cet automne avec Aswât (des voix), où elle mêle avec subtilité et poésie le chaâbi algérois  des années 50, les rythmes ancestraux des bendirs, les mélodies raffinées du banjo, du mandole, ainsi que  les basses et les claviers analogiques d’une pop-folk lumineuse.  L’artiste chante avec passion, ici exclusivement en arabe, la dépossession de l’exil et de l’errance, l'amour au milieu des tumultes du monde contemprain.
Depuis ses débuts auprès de Gnawa Diffusion, puis du groupe trip-hop MIG, Djazia Satour explore la diversité des sons de l’Algérie, de l’Afrique et du  monde avec créativité. Sur l'album Aswât, elle poursuit  ses  recherches approfondies sur ces sonorités, animée par la maturité et le besoin de tendre l’oreille vers l’héritage des ancêtres. Dans sa musique, le mineur oriental se marie au blues, une valse à trois temps s’invite parfois sur des rythmes chaâbi en se combinant à des samples de oud, tandis que  les bendirs  se syncopent avec les riffs de banjos les plus débridés.
Aswât viendra après I’album Alwâne, une variation libre entre influences musicales arabes et trip-hop, ballades pop et ragga.
Djazia Satour, sur scène, se distingue par son «feeling»  communicatif. Notre cœur de cœur est sa version live de  Illinois Blues  de Skip James, où elle chante accompagnée par une guitare sèche et des claquements de doigts puis de mains de trois de ses musiciens. Cette inédite version est le genre de morceaux qu’on pourrait écouter une dizaine de fois par jour sans s’en lasser. D’ailleurs, depuis la première écoute, cette chanson est Always on my mind.
Kader B.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 15-11-2018

FLN
Ould-Abbès passe la main

Le secrétaire général du Front de libération nationale, Djamel Ould-Abbès, a été victime d’une attaque cardiaque, dans la matinée d’hier, qui avait nécessité son évacuation à l’hôpital militaire de Aïn Naâdja, à Alger. Immédiatement pris en charge, il a quitté l’hôpital, en fin de matinée,

2

Périscoop 11:00 | 18-11-2018

Arrestation d’un ex-maire et député

L’ancien maire de Chelghoum-Laïd, qui a fait un seul mandat avant de passer comme député au nom d’un parti islamiste, a acheté, il y a quelque temps, une bâtisse (ancienne école privée) mais dont les actes

3

Soit dit en passant 11:00 | 15-11-2018

Jihad, Islam, Oussama, Saddam…(1)

4

Actualités 11:00 | 18-11-2018

FLN

Ould-Abbès toujours secrétaire général

5

Soit dit en passant 11:00 | 18-11-2018

Raser sa barbe ? Pas question !