Rubrique
Culture

Musique Le festival Africolor fête ses 30 ans

Publié par R.C
le 18.11.2019 , 11h00
10 lectures

Africolor, festival de la région parisienne qui défriche depuis 1989 les musiques d'Afrique et de l'océan Indien, a voulu marquer le coup pour ses trente ans, en multipliant les clins d'œil au passé, tout en gardant le regard tourné sur l'avenir. «On a voulu faire un vrai anniversaire», a déclaré à l'AFP Sébastien Lagrave, directeur depuis 2012 d'un festival qui, de trois soirées en 1989, est passé à une programmation étalée sur plus d'un mois (de ce vendredi jusqu'au 24 décembre) dans 20 villes des alentours de Paris. 
Gloire aux anciens : Danyel Waro, chantre du maloya, une musique endémique de la Réunion, faite de chants et rythmes prenants, née dans la communauté des esclaves noirs de l'île, sera le 3 décembre au Théâtre Gérard-Philipe de Saint-Denis, berceau du festival. Lors de sa première venue à Africolor en 1993, le maloya était confidentiel. Il a été, depuis, inscrit au patrimoine culturel immatériel de l'humanité par l'Unesco, en 2009. A 64 ans, ce chanteur, s'accompagnant au kayamb (percussion locale) ne désarme pas : il annonce un nouveau disque pour début 2020.
Mah Damba, descendante d'une longue lignée de griots, était à Africolor en 1996, à 30 ans à peine. Cette grande voix malienne animera la soirée de Noël à Montreuil. 
Un rappel : Africolor a bâti sa réputation sur sa fameuse «Nuit de Noël mandingue», qui mobilisait dans les années 1990 la communauté malienne de Seine-Saint-Denis. Nostalgie encore avec le Bakolo music international. Cette formation, dont Wendo Kolosoy fut le leader jusqu'à sa mort en 2008, est l'une des dernières à interpréter la rumba congolaise des origines, mélange de rythmes traditionnels et de rumba cubaine ; il est né à Kinshasa dans les années 1940. 
 «C'est un temps pour se retourner, mais aussi pour se projeter», a cependant souligné Sébastien Lagrave, qui n'oublie pas le rôle de défricheur d'un festival ayant contribué à faire découvrir Femi Kuti, Angélique Kidjo, Oumou Sangare ou Nahawa Doumbia. Africolor offre cette année leur chance aux Ougandais Hibotep et Faizal Mostrixx, à la Malienne Kankou Kouyate, jeunes musiciens qui bousculent les traditions. A travers Africolor, des liens se sont aussi tissés entre «musiciens d'ici et musiciens de là-bas», comme les nomme Philippe Conrath, créateur d'Africolor, qu'il a vu grandir avant de passer la main en 2012. 
Des liens débouchant sur de nombreuses créations, comme Afriquatuors, qui donnera une nouvelle résonance à l'afro-beat, au highlife ou au soukous.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 05-12-2019

Sellal au juge :
«J’ai signé sans savoir ce que je signais»

Second arrivé à la barre, Abdelmalek Sellal a répondu à toutes les questions qui lui étaient posées d’une voix inaudible. Contrairement à Ouyahia, son audition a duré moins de temps. Elle a porté sur les avantages accordés aux hommes d’affaires dans l’automobile mais également le financement occulte de la campagne électorale de Abdelaziz Bouteflika.

2

Périscoop 11:00 | 03-12-2019

Débarquement diplomatique chez Mihoubi

Le candidat du RND à la présidentielle du 12 décembre prochain Azzedine Mihoubi consacrera la journée d’aujourd’hui, mardi, à une série d’audiences qu’il prévoit avec de nombreux ambassadeurs. Entre autres, les ambassadeurs