Rubrique
Culture

Le coup de bill’art du Soir L’homme qui murmurait à l’oreille des mulets

Publié par Kader Bakou
le 10.07.2018 , 11h00
318 lectures

D’un mulet, on voulait faire un cheval de course !  Pour cela, on a fait appel aux services d’un des meilleurs entraîneurs de chevaux,  grassement rémunéré. Malgré des entraînements «scientifiques» intensifs, le mulet est tout naturellement dernier à la première course. Des voix s’élèvent pour  demander le départ de l’entraîneur. Celui-ci se défend d’être le responsable de cet échec en invoquant le manque de moyens mis à sa disposition. 
De colossaux moyens sont mis à la disposition du nouvel entraîneur. Mais le mulet est tout naturellement dernier à  la deuxième  course. Des voix demandent le départ du jockey. Celui-ci se défend d’être le responsable de l’échec et rétorque qu’il a fait son possible pour gagner. Le jockey  accuse le nouvel entraîneur d’être tout aussi incompétent que le précédent.  Même avec un nouvel entraîneur et un nouveau jockey, le mulet est naturellement toujours dernier et  largement distancé par le plus mauvais des chevaux de course. Des voix s’élèvent pour réclamer un nouvel entraîneur et un nouveau jockey.
Quelqu’un est venu dire à l’incompétente écurie : «Un certain entraîneur de handball du nom de Aziz Derouaz a dit un jour que, d’un mulet, on  n’en fera jamais  un cheval de course, quels que soient les entraînements.»  Mais, dans ce pays, qui écoute les conseils et les avis des spécialistes et des experts ? 
K. B
bakoukader@yahoo.fr

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 11-11-2018

ANP
Vers la fin du cumul des fonctions au sein de l’armée

C’est sur instruction personnelle directe de Abdelaziz Bouteflika que les cinq généraux-majors et le colonel des services, détenus depuis le 14 octobre à la prison militaire de Blida, ont été libérés le 5 novembre

2

Actualités 11:00 | 10-11-2018

AUDITIONNÉ À TROIS REPRISES PAR LE JUGE D’INSTRUCTION
Comment se défend «El-Bouchi»

Au tribunal de Sidi-M’hamed d’Alger, les apparitions de Kamel El-Bouchi, de son vrai nom Kamel Chikhi, ne font plus l’évènement. Même le dispositif mis en place aux alentours de la bâtisse se fait désormais plus léger qu’à l’habitude et attire, par conséquent, beaucoup moins le regard