Rubrique
Culture

littérature Elaine Mokhtefi à Mascara pour une vente-dédicace

Publié par M. Meddeber
le 12.11.2019 , 11h00
39 lectures

La militante Elaine Mokhtefi s’est rendue à Mascara ce samedi où elle a procédé à une vente-dédicace de son livre Alger Capitale de la Révolution, et ce, au niveau du cercle Amel. A travers cet ouvrage de celle qui a épousé la cause algérienne, c’est l’histoire qui est revisitée. Le déclic, dira la conférencière, se serait opéré en elle lors des festivités du 1er mai 1952 à Paris où elle était présente quand des ouvriers manifestaient déjà contre l’occupant français. Elle évoquera ensuite l’ouverture du bureau FLN à New York, au début de la révolution. A une question d’un participant à la conférence pour savoir quel était le plus beau souvenir qu’elle gardait de l’Algérie, elle répondra : «La première fois que j’ai foulé le sol algérien.» Elle rendra ensuite un grand hommage au défunt Mohammed Sedik Benyahiya avec qui elle a travaillé lors du festival Panafricain et dira que, côté émotionnel, Woodstock n’était rien à côté du Festival d’Alger. 
Après avoir coupé les ponts avec l’Algérie sous la contrainte, elle y reviendra 44 ans après. «C’était un épisode malheureux», dira-t-elle. Elle sera assaillie de questions par une assistance nombreuse. 
Malgré son âge très avancé, 92 ans, elle affichera sa disponibilité et étonnera tout le monde avec sa mémoire infaillible. «Les faits que j’ai narrés sont imprimés», conclura cette grande dame. 
M. Medebber 

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 12-12-2019

Après leur condamnation par la justice
Ces biens qui doivent être confisqués à Sellal et Ouyahia

Le procès consacré à l’automobile a permis de lever le voile sur un aspect qui a longtemps alimenté fantasmes et rumeurs populaires : les biens personnels de certains ministres qui ont gouverné des années durant. Au cours

2

Corruption 11:00 | 09-12-2019

DES MOTS POUR LE DIRE
Ouyahia, en 2007, au sujet de la corruption et de la mauvaise gestion

«J’ai un ami, qui est toujours ministre et en poste très important au gouvernement ; lorsque nous parlions de la corruption qui existe au plus haut niveau de l’Etat, il me disait qu’il ne faudrait pas non plus oublier de parler et