Rubrique
Le Soir Auto

Bon à savoir Causes et effets de l’encrassement du moteur

Publié par LSA
le 11.12.2019 , 11h00
258 lectures

Une conduite systématiquement anémique (basse dans les tours, à vitesse faible) induit une température interne moins élevée, ce qui permet à la suie de se coller tranquillement sans qu'elle ne soit «pyrolisée» naturellement par des combustions chaudes et des régimes élevés qui «secouent le tout» (un piston et des soupapes qui «s'énervent» pourront plus facilement faire tomber et se débarrasser les agglomérats de carbone de ci et de là.
 
Petits trajets
Les petits trajets induisent un fonctionnement du moteur à des températures assez basses et des pièces mécaniques qui n'ont pas encore été suffisamment dilatées. Résultat, la combustion est moins bonne (voilà pourquoi un moteur pollue plus à froid) et donc on a des imbrûlés qui viennent se coller à droite et à gauche (le FAP doit aussi les subir...). Et le fait que la température de combustion soit inférieure empêche le «décalaminage naturel» du moteur, car plus c'est chaud moins la crasse arrive à rester dans le moteur (un peu comme la pyrolyse d'un four ou même qu'il est plus difficile de laver la vaisselle à l'eau froide qu'à l'eau chaude.
   
Vanne EGR
La vanne EGR favorise aussi l'encrassement, il s'agit ici de remplacer une partie du comburant (air) par des gaz d'échappement (recyclage des gaz). Et donc si on réinjecte des gaz pleins de suie à l'admission au lieu d'un air bien frais et propre, alors on se retrouve avec de la calamine dans les conduits et vers les soupapes d'admission.

Mélange trop riche
Un mélange trop riche peut induire, et c'est plus que logique, un encrassement du moteur. En effet, qui dit trop de carburant ou manque de comburant induit une partie du carburant imbrûlée ou mal brûlée. Cela se manifeste donc par la production de particules de suie. Un mélange trop riche pourra donc provenir d'un filtre à air qui se bouche, un injecteur qui débite trop, un capteur qui défaille (ex : sonde lambda, débitmètre, etc.).
 
Compression moteur
Une compression moteur réduite (moteur usé et fatigué) induira des combustions moins efficaces. Sachant qu'un moteur diesel fonctionne en auto-allumage, la compression moteur est d'autant plus vitale à la bonne combustion du mélange carburant/comburant.

Consommation d’huile
Même si la combustion est censée être très bonne, si on ajoute de l'huile dans cette dernière alors on aura des gaz épais qui viendront salir l'ensemble du circuit car il est fait en sorte que le surplus d'huile soit brûlé  par le moteur. En effet, si par exemple je mets trop d'huile dans mon moteur, le reniflard va faire revenir cette dernière dans l'admission pour la brûler. La conséquence sera alors une fumée blanche/bleue épaisse qui sera collante et salissante.
Le phénomène est le même si j'ai par exemple une segmentation usée (segments racleurs) ou des joints de queue de soupape qui laissent couler un peu d'huile dans la chambre de combustion.
    
Carburant ?
Les carburants modernes dotés de biodiesel favorisent un peu plus la formation de calamine... Et donc si on cumule le dispositif de vanne EGR alors on comprend vite que le contexte actuel de l'automobiliste favorise un peu plus ce souci qu'il y a 20 ans.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Contribution 11:00 | 23-02-2020

L’Algérie de Kamel Daoud et la nouvelle Algérie

Kamel Daoud est la fierté d’Oran et pourquoi pas celle de l’Algérie ? En visionnant, en mode replay, L’Algérie de Kamal Daoud, documentaire diffusé sur France 5, je vois défiler les images d’une belle Algérie. D’autres

2

Périscoop 11:00 | 26-02-2020

En finir avec l’héritage Bedoui

La médiatisation excessive et complaisante, notamment par la Télévision nationale, du Conseil constitutionnel n’a pas du tout été appréciée en haut lieu. «Certains oublient, peut-être, que c’était ce même Conseil qui a