Rubrique
Régions

Saison estivale à Oran Incertitude sur fond de hirak

Publié par Fayçal Moulay
le 16.06.2019 , 11h00
48 lectures
Chaque vendredi, le 17éme ayant eu lieu, avant-hier, des milliers d’Oranais comme dans toutes les wilayas, sortent pacifiquement pour dire dans leur feuille de route, le départ du régime et de ses figures les plus haïes, et qui reste la seule revendication qui est acceptable à leurs yeux.
De semaine en semaine, ils réagissent, se renforcent en fonction des déclarations du président par intérim Bensalah et du chef d’état-major Gaïd Salah.
Il y a eu la période des congés universitaires, le mois de ramadan, et rien n’a changé dans la capacité de mobilisation de la société. Aujourd’hui, c’est la période des vacances et des congés annuels, et la situation semble se diriger vers le même scénario : Ils ne cessent de faire des calculs, pour se donner du temps de réagir et de tenter de se maintenir, nous dira un fonctionnaire ce vendredi, «et bien on leur dit, pas de congé, pas de plage, on reste mobilisé, on ne recule pas».
Ces propos se retrouvent y compris dans les slogans, sur les affiches, et du coup, c’est la question de la saison estivale qui se pose. Il semblerait que les réservations de locations, justement, n’ont pas atteint le niveau des autres années pour la même période sur la corniche oranaise. Le hirak a créé l’incertitude chez les professionnels du secteur, qui justement se font discrets cette année pour proposer des formules de séjours.
Car en plus du hirak, qui laisse dans l’expectative, tous les secteurs, auront un impact économique qui va finir par se faire sentir. Les tarifs des hôtels, complexes touristiques et autres locations chez des particuliers, atteint d’année en année des sommes toujours plus impossibles à débourser pour les familles aux revenus moyens.
Certes, la baisse du pouvoir d’achat, le mois de Ramadhan et l’Aïd el Kébir qui arrive, sont autant de moments qui vont impacter les finances des familles algériennes.
Mais plus que tout, c’est ce sentiment que le destin de l’Algérie se joue en ce moment qui motive tous les comportements comme on le comprend chez nombre d’Oranais à l’image de Khadija une universitaire, et son mari : «On n’a pas décidé si on part en vacances. Les prix sont chers et surtout, on ne sait jamais ce qui va se passer dans le pays, on ne veut pas s’absenter» précise-t-elle pour cette habituée des séjours en Tunisie.
Fayçal.M

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Périscoop 11:00 | 18-07-2019

Le groupe secret de Bensalah

C’est un groupe de travail constitué de cadres des ministères de l’Intérieur, la Justice, des Affaires étrangères ainsi que de la présidence qui s’est penché, il y a plusieurs semaines, sur l’élaboration du projet du

2

Périscoop 11:00 | 18-07-2019

Un couple de magistrats de la Cour suprême piétine le droit

Les propriétaires des bungalows de la cité Sahel-Zemmouri sont choqués et révoltés par le comportement d’un couple de magistrats de la Cour suprême qui fait fi de la loi, des décisions de