Rubrique
Régions

Leur grève paralyse le secteur Les postiers durcissent le ton à Béjaïa

Publié par Kamel Gaci
le 03.12.2019 , 11h00
195 lectures

Les files sont interminables devant les distributeurs de billets aux niveaux des différents sites postiers de la wilaya de Béjaïa. Le marasme et la colère des citoyens, devant l'intransigeance des agents de la poste en grève, sont indescriptibles. 
Le mouvement de grève observé, depuis mercredi dernier par les travailleurs d’Algérie Poste (AP), a été largement suivi au niveau des différentes postes de la wilaya de Béjaïa. 
Les revendications socioprofessionnelles sont au centre du conflit, avons-nous appris. Les postiers réclament l’octroi des primes de rendement individuel et collectif (PRI et PRC), la révision de leur grille de salaire et le droit à un week-end complet .
Les travailleurs d’Algérie Poste disent demander ni plus ni moins que «la reconnaissance pour les efforts fournis durant la quasi-totalité des occasions  et fêtes  religieuses ou autres ».
Les citoyens aussi, indignés par l'ampleur de cette paralysie qui dure , réclament leurs droits au retrait de leur argent au niveau de ces institutions publiques. Au cinquième jour de grève, certains pères de familles ont carrément manqué leur travail afin de s'engouffrer dans les interminables chaînes humaines qui s'y forment au centre-ville de Béjaïa, avons-nous constaté. 
Au moment où des collectifs de citoyens appellent, par voix de réseaux sociaux, pour la grève générale des quatre jours à partir de dimanche prochain au refus des élections, la situation risque de perdurer.
Kamel Gaci

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 07-12-2019

Bensalah prépare son retour

L’audience accordée jeudi dernier par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, à son remplaçant au Sénat, Salah Goudjil, a été l’occasion, affirme-t-on de bonne source, de faire le point de situation au niveau de

2

Actualités 11:00 | 08-12-2019

Emin auto :
«Bouchouareb demandait de l’argent pour régler notre situation»

Les représentants de la société Emin auto font, eux aussi, partie des témoins de la partie civile ayant accablé Bouchouareb et les deux anciens Premiers ministres incarcérés. «Nous avons déposé notre dossier en 2015, témoignent ses