Rubrique
Société

AÏN BEÏDA Le centre des impôts CPI, nouvellement réceptionné, dans un état lamentable

Publié par Moussa Chtatha
le 17.11.2019 , 11h00
258 lectures

Le centre de proximité des impôts CPI, une infrastructure nouvellement réceptionnée, se trouve dans un état lamentable. Les dernières précipitations ont montré toutes les lacunes et insuffisances dans la réalisation de cette infrastructure.
Cette infrastructure, qui a reçu le personnel de ce secteur qui occupait des anciens locaux et qui a coûté au Trésor public une enveloppe dépassant les 15 milliards de centimes, a été inaugurée par M. Hadjadj M., wali d'Oum-el-Bouaghi l'été dernier. Bien sûr, il faisait beau et on ne pouvait pas voir les défauts de réalisation. Aujourd’hui que les premières pluies ont fait leur apparition, voilà que toutes ces tares sont apparues visiblement, à commencer par l'entrée principale de l'établissement où il faut «nager» pour atteindre l'intérieur des locaux. A l’entrée, le hall ruisselait de partout. Le toit, une verrière est carrément comme une écumoire d’où les eaux s'infiltraient de partout !
Pour ce qui est de la température, les préposés aux guichets grelottaient du froid glacial et insupportable, au point où certains disent souhaiter retourner aux anciens locaux, même s'ils sont trop vieux. Au moins, ils offrent des conditions de travail beaucoup plus acceptables, nous affirment ces malheureux employés. L'on se demande vraiment  comment cette infrastructure a été réalisée et même livrée dans de telles conditions. C’est un véritable désastre qui interpelle et le maître de l’ouvrage et le maître d’œuvre.
Moussa Chtatha

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 07-12-2019

Bensalah prépare son retour

L’audience accordée jeudi dernier par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, à son remplaçant au Sénat, Salah Goudjil, a été l’occasion, affirme-t-on de bonne source, de faire le point de situation au niveau de

2

Actualités 11:00 | 08-12-2019

Emin auto :
«Bouchouareb demandait de l’argent pour régler notre situation»

Les représentants de la société Emin auto font, eux aussi, partie des témoins de la partie civile ayant accablé Bouchouareb et les deux anciens Premiers ministres incarcérés. «Nous avons déposé notre dossier en 2015, témoignent ses