Voir Tous
Rubrique
Soit dit en passant

Penser à ceux qui s’exposent pour sauver nos vies !

Publié par Malika Boussouf
le 09.04.2020 , 06h00
2183 lectures

A  Alger, quand la rue se vide au son d’un mégaphone qui appelle au confinement, le silence s’installe aussitôt ! À Blida, où résident des amis, on raconte, étonnés, que les pouvoirs publics n’interviennent pas. Des jeunes, sans doute convaincus d’être trop jeunes pour mourir, ont décidé de défier le coronavirus qui court partout, sans faire de distinction entre petits et grands, comme on le constate grâce aux révélations d’une médecine qui côtoie la mort au quotidien. 
À Cinq- Maisons, où je compte des parents, on nous raconte la même chose. Les gens vont et viennent sans observer la moindre distance entre eux.
Personnellement, je crains le pire pour nous, qui ne sommes assurés de rien et dont le système de santé, qui a depuis longtemps divorcé d’avec les couvertures performantes, pourrait révéler ses limites à conjurer le mauvais sort et se montrer incapable de maîtriser les effets du mal et encore moins d’enrayer ce dernier.  
Il y en a, pourtant, qui persistent et signent. Ils continuent d’affirmer que le coronavirus est une pure invention, quand ils ne disent pas qu’il est la sentence divine destinée à punir les populations impies. Mais oui ! Puisque toute personne ne se réclamant pas de l’islam, et pas de n’importe quel islam, s’il vous plaît, serait, incontestablement, condamnée à brûler en enfer. Ce que les bonimenteurs, qui essaiment virtuellement sur la Toile, pour mieux vendre leur mixture, quand ils ne déblatèrent pas derrière leurs minbars, se gardent bien de reconnaître, c’est que la méchante pandémie ne se soucie pas des idéologies qui fleurissent et s’opposent. 
Les morts se comptent au quotidien et les pays musulmans ne sont pas plus épargnés que les autres. Je me souviens de cet imam qui avait recommandé de prier chez soi. On s’en était, aussitôt, pris à lui, pour avoir osé contredire ceux qui braillaient en permanence et ânonnaient, à en perdre haleine, que la maison de Dieu était à l’abri, protégée par la volonté suprême de toute atteinte qui n’émanerait pas d’elle. Faute d’arguments complémentaires et la peur aidant d’être à leur tour contaminés, lesdits imams n’ont pas tardé à se ranger à l’avis général. 
M. B.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 06:00 | 31-05-2020

L’Algérie, une menace stratégique pour le rêve d’expansion impériale du Makhzen

«Les relations avec le Maroc sont anormales (…), même si les relations entre les deux peuples sont exemplaires.» On doit cette définition en forme d’aphorisme à

2

Actualités 06:00 | 01-06-2020

LA MESURE CONCERNE LES AFFAIRES DE CORRUPTION DÉFINITIVEMENT JUGÉES
Les biens saisis seront vendus aux enchères

L’Algérie s’apprête à enclencher officiellement le processus de récupération de l’argent détourné par d’anciens hauts responsables impliqués dans des affaires de corruption. Dans cette première étape, le recouvrement doit atteindre les 13 milliards de DA. Cette somme équivaut au montant évalué des deniers dilapidés uniquement par

3

Périscoop 06:00 | 01-06-2020

Accords à revoir

4
5

Ici mieux que là-bas 06:00 | 31-05-2020

Sexe, métal, pastis et Hirak