Rubrique
Culture

Le coup de bill’art du soir Les «ingénieurs du chaos» technique

Publié par Kader Bakou
le 20.10.2019 , 11h00
154 lectures

Paru en mars 2019, le livre les ingénieurs du chaos (éditions Jean-Claude Lattès) du journaliste et écrivain italien Giuliano da Empoli suscite un intérêt croissant chez la presse et l'opinion publique en Occident. «Les ingénieurs du chaos» sont ceux qui ont compris avant les autres que la colère était une source d'énergie colossale et qu'il était possible de l'exploiter pour réaliser n'importe quel objectif, du moment qu'on en comprenait les codes et qu'on en maîtrisait la technologie. Ainsi, pour «les ingénieurs du chaos», «le populisme naît de l'union de la colère avec les algorithmes». La rage contemporaine basée sur des causes sociales et économiques réelles, n'arrivant plus à se canaliser, dans la religion ou autres idéologies de gauche disparues, explose (en Occident, notamment) dans un carnaval populiste aux apparences débridées. Pourtant, loin d'être débridé, ce carnaval, explique l'auteur, est orchestré, caché dans les coulisses, par le travail acharné de dizaines de spin doctors, d'idéologues et, de plus en plus souvent, de scientifiques et d'experts Big Data. Facebook est l'algorithme déchaîné du réseau social mixant l'épidémie de colère aux appels à la révolte des extrémistes de droite et de gauche, les fake news et les théories de complots provenant des sources les plus variées. «Il existe aujourd'hui plusieurs techniques pour démultiplier en ligne des opinions très minoritaires et donner l'illusion qu'elles sont très répandues, ce qui finit par les rendre acceptables aux yeux de la majorité des gens», explique l'auteur. Physiciens et autres scientifiques œuvrent ainsi pour une politique quantique dont le but est de pouvoir manipuler les populations le plus efficacement possible.
«Ces personnages sont en train d'inventer une nouvelle politique dans laquelle le pouvoir se prend en faisant l'addition des colères, sans se préoccuper de la cohérence du message d'ensemble. C'est la traduction politique de Facebook. Si les réseaux sociaux relancent toutes sortes d'informations, vraies ou fausses, paisibles ou incendiaires, pour garder les usagers un peu plus longtemps sur leur plateforme, les ingénieurs du chaos font la même chose pour intercepter les pulsions des électeurs», explique Da Empoli dans un entretien avec Le Nouveau Magazine littéraire.
Les ingénieurs du chaos sont certainement aussi ceux qui ont compris que le destin du monde réel se décide désormais dans le monde virtuel
K.  B. 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Sports 11:00 | 12-11-2019

Verts d’Europe
Les confessions de Riyad Mahrez à FF

Dans un entretien accordé au journal France Football à paraître aujourd’hui, l’international Algérien de Manchester City évoque

2

Actualités 11:00 | 11-11-2019

sellal, ouyahia, yousfi, beda et bouchouareb concernés Corruption :
le 1er procès avant la fin novembre

Les premiers procès des anciens ministres de Bouteflika détenus pour corruption se dérouleront avant la fin du mois de novembre, a-t-on appris de sources proches du dossier. Ahmed Ouyahia, Abdelmalek Sellal ainsi que trois anciens ministres de l'industrie seront jugés dans le cadre du dossier automobile.