Rubrique
Régions

MOSTAGANEM Trop d’ordures jetées dans l’oued Aïn Séfra

Publié par Abder Bensadok
le 04.09.2018 , 11h00
211 lectures

Le pont d’Aïn Séfra, qui traverse le centre-ville de Mostaganem, est en passe de devenir une véritable décharge sauvage. Ce cours d’eau est envahi par une forte couverture végétale et de décombres qui y sont carrément jetés et qui renforcent la prolifération des rats et des moustiques. L’évacuation des eaux usées et des déchets est d’une importance cruciale afin qu’une ville puisse continuer son activité normale. Et pourtant, des ordures ménagères, des pneus, de la ferraille, du plastique et autres détritus végètent sur le lit de l’oued Aïn Séfra. Le pont est redevenu complètement sale et insupportable à cause de ces ordures qui provoquent une odeur nauséabonde. Depuis plusieurs mois, voire des années, les ordures s’accumulent dans ce oued à tel point qu’une véritable rivière de déchets s’est formée et la situation peut devenir catastrophique. Les gens trouvent plus facile ici de déverser dans l’eau de l’oued des ordures que de les emmener aux déchetteries. Des incivilités de ce genre nuisent fortement à la nature et à son développement que l’eau, même d’un oued, non potable est un bien collectif et qu’il est illogique de la polluer. Les riverains de ce oued craignent également le danger sanitaire que représente cette marée de déchets.
A. B.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 13-07-2019

Selon les communiqués de la justice
Ouyahia recevait des pots-de-vin des hommes d’affaires

Apprenant la nouvelle de son incarcération, le 12 juin dernier, Ahmed Ouyahia ignorait, sans doute, que son entrée en prison ne

2

Actualités 11:00 | 14-07-2019

COMMENT OUYAHIA, SELLAL ET CONSORTS VIVENT LEUR DÉTENTION
Les mystères d’El-Harrach

Le séjour carcéral des anciens ministres et hauts responsables détenus à la prison d’El-Harrach est l’un de ces «mystères» que les Algériens tentent continuellement de percer depuis un moment. Aux interrogations qui reviennent de manière régulière sur les réseaux sociaux, s’ajoutent