Rubrique
Femme Magazine

Recette Tcharek maâssel

Publié par LSA
le 12.06.2018 , 11h00
736 lectures

3 mesures de farine 
1 mesure  de gras fondu
1 œuf  entier
1 c. à c. de levure chimique
1 cuillère à soupe de sucre glace 
1/2 verre à thé d'eau de fleur d'oranger 
1 c. à c. d’extrait de vanille, eau  
Pour la farce :
3 mesures d'amandes moulues
1 mesure de sucre glace
2 c. à s. de beurre fondu, eau de fleur d'oranger, miel 

Mélangez la farine, la levure, ajoutez le gras gras fondu, sablez la pâte entre les paumes des mains. Ajoutez l'œuf et commencez à travailler la pâte sans la pétrir.
Ajoutez l'eau et   l'eau de fleur d'oranger jusqu'à obtention d'une pâte. Laissez reposer.
Préparez la farce en mélangeant les amandes en poudre
le sucre en poudre et le beurre. Ajoutez un peu d’eau de fleur d'oranger jusqu'à ce qu'on puisse former des boudins. 
Étalez votre pâte sur une épaisseur de 3 mm, découpez des carrés. Taillez des incisions comme pour le griwech.
Mettez un peu de farce sur la pointe du carré et rouler de façon à donner la forme d'un croissant.
Posez vos gâteaux sur un plateau allant au four.
Faites cuire 20 minutes environ à 180°.
A la sortie du four, mettez  vos tchareks dans du miel avec quelques gouttes d'eau de fleur d'oranger. Décorez avec les amandes ou autres.
Extrait du site www.djoumana-cuisine.overblog.com

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 13-10-2018

ÉVÉNEMENTS DU 5 OCTOBRE 1988
Hanoune répond à Ouyahia

La réponse de Louisa Hanoune à Ahmed Ouyahia ne s’est pas fait attendre. Au premier ministre qui affirmait que les événements du 5 Octobre 1988 avaient mené le pays à l’anarchie, la secrétaire générale du parti des travailleurs répond que c’est faux. Elle appelle

2

Actualités 11:00 | 13-10-2018

AFFAIRE BOUHADJA
Ce qui irrite Abdelaziz Bouteflika

Le président de l'Assemblée populaire nationale irrite au plus haut point le patron d'El Mouradia. Selon une source sûre, l'entourage de Abdelaziz Bouteflika est d'autant plus remonté contre Saïd Bouhadja que, «nous détenons des éléments sûrs que nous